· 

Astuces de pros pour débutants avertis

 

Quand j'ai commencé à coudre, j'ai fait (et défait) beaucoup de bêtises, et j'en fais encore évidemment... Ne le répétez pas mais il parait que quand je suis sur ma machine, je dis plein de gros mots.

 

En m'entraînant pour mes 2 CAP, j'ai beaucoup lu, visionné, écouté les conseils de couturièr(e)s expérimenté(e)s.

 

Je vous partage ici mes incontournables.....

 

1- Ne pas acheter de tissu sans avoir une idée de ce que l'on voudra en faire.

 

Bon, ça c'est plutôt un conseil de mon banquier.....

 

Bien sûr, pendant les soldes, on peut craquer sur de beaux coupons, mais encore faut-il avoir une idée des métrages nécessaires à la réalisation de pièces standards.  Je vous prépare un petit document à télécharger pour vos craquages...

 

2- Laver et repasser le tissu avant de le couper.

 

Pourquoi ? Pour enlever les poussières et les restes de produits d'apprêt, éviter les mauvaises surprises du rétrécissement (le coton peut perdre jusqu'à 10% de sa taille) ou du dégorgement des couleurs.

 

La bonne habitude c'est de laver et sécher le tissu en fonction de ses caractéristiques avant de le repasser et de le ranger à l'abri de la lumière... en  attendant l'heure de sa transformation.

 

 

Petite astuce Bonus : on repasse aussi les fermetures éclair à la vapeur avant de les utiliser car elles aussi peuvent rétrécir.

 

3 - N'utiliser les ciseaux à tissu que pour le tissu !

Une bonne paire de ciseaux de tailleur est un outil magique : on les choisit grands, lourds et confortables, de bonne qualité quoi...

 

La dernière chose que l'on veut c'est abîmer leur lame en taillant tout et n'importe quoi avec !

 

La bonne idée c'est de lier un petit ruban sur la paire de ciseaux à tissu et de bien prévenir toute la famille que celui ou celle qui coupera autre chose que du tissu avec s'exposera à des représailles douloureuses ( n'hésitez pas à faire peur, certains mettent parfois du temps à assimiler....)

 


4 -Utiliser le fil et l'aiguille adaptée au projet.

 

On ne fait pas l'impasse sur le choix de la bonne aiguille selon le type et l'épaisseur de la matière que l'on va travailler.

 

De la même façon, on utilise un fil de la bonne qualité et de la bonne couleur. Pour cela, lors de l'achat, on ne se contente pas d'approcher la bobine de notre tissu, on déroule un peu du fil et on le pose dessus : il doit "disparaître".

 

Par souci d'économie, on peut utiliser le fil des gros cônes à surjeteuse pour les coutures qui ne se voient pas mais attention, certaines machines ne les aiment pas et ce fil est totalement incompatible avec certains points comme par exemple les boutonnières....

 

5 - Se méfier du découd-vite.

 

Outil crée par le diable pour nuire aux couturiers amateurs, le découd-vite adore faire des trous dans le tissu et se planter dans les doigts innocents......

 

Les pros le savent et  s'en méfient. Faisons comme eux et adoptons les ciseaux à broder, plus précis et moins dangereux.

 

6 - Ôter son pied de la pédale quand on touche l'aiguille de la machine.

 

Ais-je besoin d'en dire plus. Méga aïe aïe aïe donc méga no no no ! Cela ne m'est encore jamais arrivé heureusement......

 

L'idéal, c'est bien sûr d'éteindre sa machine à chaque fois !

 

7 - Faire une "toile" et/ou des pièces d'étude.

 

La toile c'est le brouillon du vêtement.Vous n'écrivez pas une dissertation directement au propre, si ?

Cela peut paraître fastidieux mais je vous assure qu'une fois que vous aurez fichu en l'air pour 50€ de crêpe de soie parce que vous avez eu la flemme de suivre ce conseil, vous vous en mordrez les dents !!!!

 

On réalise le vêtement sans ses finitions dans un tissu de récupération.

 

On choisit une matière proche du projet définitif (épaisseur, élasticité...)  pour vérifier qu'il sera à la bonne taille et faire les modifications adéquates avant de tailler et de coudre la belle étoffe.

 

Et tant qu'on y est, si le projet contient des points techniques qu'on a jamais réalisé, on fait une pièce d'étude. Par exemple, avant de monter les plis religieuse sur votre taffetas, vous reportez cette partie du patron sur un tissu de récup et vous vous entraînez...

 

Toile de gilet pour homme réalisé dans un vieux drap avant de passer à la laine et au satin...


8 - Marquer l'endroit des pièces de tissu une fois coupées

 

Parfois, la différence entre l'endroit et l'envers du tissu est bien visible, surtout pour les imprimés mais parfois... on peut finir par monter la manche droite à la place de la gauche ou pire encore !

 

Surtout on perd du temps......... et on s'énerve........ et ce n'est pas le but de la couture n'est ce pas ?

 

On peut marquer l'endroit (ou l'envers) d'une petite aiguille à tête plate  afin de toujours savoir comment positionner les pièces avant le passage à la machine à coudre.

 

9 - Tester les réglages de la machine sur une chute de tissu

 

Pour les mêmes raisons que précédemment, il vaut mieux tester le point que l'on souhaite utiliser sur une chute de tissu du projet ce qui nous permet de régler la tension du fil, la position de l’aiguille, la longueur et la largeur du point.....

 

Cette étape est encore plus indispensable sur la surjeteuse.

 


10 - Terminer un projet avant de passer au suivant

Je sois avouer que je ne suis pas forte pour appliquer ce précepte.....

 

Bon en même temps j'ai décidé d'en faire mon métier alors c'est un début d'excuse, non ?

Et vous ?

Avez vous des astuces pour nous faire gagner du temps....... de l'énergie.......... des sous......... et de la confiance?

 

N'hésitez pas à partager et  questionner dans les commentaires ....